Pandémie de Covid-19 : présentation du plan de relance français

Baptisé « France Relance », le plan de relance de l’économie a été présenté jeudi 3 septembre par le Premier Ministre, Jean Castex. D’un montant global de 100 milliards d’euros et échelonné jusqu’en 2025, il vise, par une politique résolument orientée vers l’offre, à relancer l’économie française fortement impactée par la pandémie de Covid-19. Décryptage ci-dessous.

Nurse with Protective Mask

Pourquoi un plan de relance ?

Annoncé par Emmanuel Macron dans son allocution du 14 juillet dernier, le plan de relance a été présenté par le Gouvernement jeudi 3 septembre. Doté d’une enveloppe de près de 100 milliards d’euros, il vise à soutenir l’économie française, durement éprouvée par la pandémie de Covid-19, en limitant l’ampleur de la récession et en restaurant la confiance des acteurs privés, ménages et entreprises.

Un contexte marqué par une récession d’une ampleur sans précédent…

L’ampleur historique de la récession prévue pour l’économie française pour l’année 2020 est la principale motivation à l’adoption d’un tel plan de relance. Dans son actualisation de son point de conjoncture, le 8 septembre, l’INSEE a confirmé sa prévision d’un recul de l’activité économique de près de 9 % en 2020.

Selon les premières estimations de l’Institut, la perte d’activité a été de 5,3 % et 17 % respectivement au premier et deuxième trimestres 2020. La Banque de France tient un constat similaire et anticipe qu’il faudra attendre le troisième trimestre 2022 pour retrouver le niveau d’activité du début de l’année 2020. Les dernières prévisions de la Banque de France dessinent, en effet, une reprise économique en forme de « demi V », ou, pour reprendre les termes du Gouverneur Villeroy de Galhau, « en aile d’oiseau  ».

Cette récession fait, d’ores et déjà, sentir ses premiers effets. Selon des données publiées par l’INSEE mardi 8 septembre, l’emploi salarié a reculé de près de 0,9 % au cours du deuxième trimestre, ce qui correspond à 215 000 destructions nettes d’emplois. A terme, la récession devrait provoquer une augmentation sensible du chômage, ainsi que des défaillances d’entreprises. 

et une dégradation de la confiance des acteurs privés

Outre le soutien direct à l’économie, le plan de relance du gouvernement a pour objectif de restaurer la confiance des acteurs privés, ménages et entreprises. La crise économique actuelle, provoquée par un facteur extérieur au système économique – la pandémie de Covid-19 –, est particulièrement singulière. Elle génère à ce titre davantage d’incertitudes que les crises précédentes qui trouvaient leur cause immédiate dans un phénomène économique et/ou financier déterminé, telles que le krach de 1929 provoqué par l’effondrement de Wall Street ou encore la crise des subprimes de 2008-2009 causée par les dérèglements sur le marché du crédit et le retournement du marché immobilier américain.

Les résultats de l’enquête mensuelle de conjoncture auprès des ménages témoignent, d’ailleurs, de cette forte incertitude. Alors qu’il était de 104 en janvier 2020, l’indice synthétique de confiance des ménages atteint désormais 94, signe que la pandémie a généré de la défiance. L’enquête révèle, de plus, que les ménages sont, aujourd’hui en comparaison avec le début de l’année, plus pessimistes quant à l’évolution future du niveau de vie en France, jugent davantage opportun d’épargner et craignent la montée du chômage. Autant de facteurs qui expliquent le repli de la consommation observé par l’INSEE.

le vrai png.png